Pionnière dans l’exploration du gaz de schiste en Europe, la Pologne a surestimé ses réserves et sa capacité à les exploiter. En 2011, les ressources étaient estimées par l’Agence états-unienne sur l’énergie à plus de 5300 milliards de m³. Les dernières estimations ont fait état de 346 à 768 milliards de m³ exploitables. Le nombre de concessions est passé alors de 58 à 32. L’ensemble des compagnies étrangères a quitté le pays. En 2011, l’exploitation commerciale a été annoncée pour 2014, puis reportée.
La roche se révèle difficile à fracturer et les réserves moins importantes que prévu.
Le prix du gaz a chuté.
Seuls 63 puits avaient été réalisés en juin 2014. Aucun n’a dépassé le stade de l’exploration.

Le parti Droit et justice, vainqueur des élections législatives du dimanche 25 octobre 2015, soutient cette industrie.

PGNiG est la compagnie pétrolière publique polonaise.
PKN Orlen est l’autre compagnie polonaise impliquée dans les gaz de schiste.
Wysin, petit village du nord de la Pologne, abrite le seul puits de gaz de schiste en activité dans le pays.

Contrairement à d’autres pays en Europe (Royaume-Uni, France), le gaz de schiste a peu mobilisé les opposants en Pologne. La lutte de Żurawlów, dans le sud-est du pays, est restée une exception.
La compagnie Chevron, qui détenait la concession, a jeté l’éponge en février 2015 après 400 jours de combat.